Mes chères voisines – MARISA DE LOS SANTOS, Presses de la cité, traduit par Anouk NEUHOFF, 384 pages.

Terrien avant tout, citoyen du monde, Chris Cleave a passé son enfance au Cameroun, a fait ses études à Oxford, et dans la foulée a exercé divers métiers en France, en Australie et en Grande-Bretagne. Son premier roman Incendiaire a été publié dans une quinzaine de pays, a reçu le prix spécial du jury du prix des lecteurs le Livre de Poche 2007 et a été adapté au cinéma en 2008 (avec Ewan Mc Gregor et Michelle William). Aujourd’hui, il revient avec Et les hommes sont venus chez Nil Editions. Un livre remarquable.

Petite Abeille, nigériane de 18 ans et Sarah, veuve depuis le suicide de son mari vivent ensemble à Londres chez Sarah et partagent leurs états d’âmes dans un bel état, vous vous imaginez à la vue de leurs profils. L’une tente d’échapper aux terreurs du passé, l’autre essaye de reconstruire une vie qui a volé en éclats.

Un roman tout en émotion au sujet de deux femmes dont leurs chemins de vie convergent avec des passés douloureux. L’instinct de survie en héritage comme seul ressort d’une reconstruction à envisager sur les ruines d’un passé, les deux femmes sont face à un dilemme : celui de la compassion pris entre la tentation de l’égoïsme et celle du sacrifice au nom de la liberté.

Un roman à deux voix : féminines et profondes portant un regard critique sur le monde en confrontant les traumatismes de deux cultures différentes. Un livre qui pousse plus à la réflexion qu’au divertissement ayant éviter le piège le plus difficile grâce au talent de Chris Cleave : celui de faire du tire-larmes à tout prix.